• Découverte lors d'une expo organisée par les "Chirurgiens de la Lumière" (The Light Surgeons) à la OXO tower cet hiver (...) intemporelles et légerement dérengeantes...

    Portfolio.

     


    votre commentaire
  • RRRHHHHhhhhhhooooooooooooo....

    La bande annonce officelle du dernier film Harry Potter est sortie...tout simplement hallucinant... j'en frissone!  

    "And trust me when I say (...)"   ;-)

    C'est par ... 





    PS: Je vous ai jamais dis que j' étais fan? non non, partez pas!!!


     


    2 commentaires
  • ... Jay Jay, aucun lien, fils unique...

    J'ai enfin écouté le dernier album d'une autre pointure du rock underground alternatif ou comme ça vous fait plaisir de l'étiquetter...

    Plus simple, plus cool, moins pesant et donc plus accessible, je parle pour les néo-dépressifs là, car oui, le suédois est un peu notre Miossec à nous, du noir, du morose, des textes à vouloir en oublier qu'on parle anglais, des albums à connotations addictives et suicidaires, "Tatoo", "Whiskey" ou bien encore "Poison".

    Mais malgré tout, un peu comme Miossec d'ailleurs, L'homme s'assagit, à probablement réglé quelques histoires de coeurs ou autres, une musique plus légère et moins profonde, des textes un chouia moins "suicidaire", permettez moi le mot, on se souviendra des phrase qui vous restes encrées dans le cerveau toutte une journée " she poisons me like a virus, her love is running trhough my veines, she's extremely contagious, all boys will get the same...", glups, ben ouai!

    Ceci dit, Jay Jay, je l'ai toujours aimé, decouvert avec "Poison" justement, acheté pour la musique, un trip hop noir et enivrant, comme je l'aime...

    J'appris plus tard que le chanteur que j'admirais était en fait un artiste complet, hors du commun, diplomé des beaux arts de Stockholm, avec pour "projet fantasme" de créer son propre enterrement... là encore blurp!



    votre commentaire
  • En 1983, Anne Teresa De Keersmaeker, jeune chorégraphe de 23 ans fit son entrée dans la cours des grands avec sa création Rosas Danst Rosas.

    Sur une musique de Thierry De Mey et Peter Vermeersch, une composition méchanique aux principes minimalistes, des mouvement empruntés à la vie de tous les jours contre des phrases bien calculées, une alternance de rythme, respiration et mouvement  entant qu'outils, costumes simples mais adaptés à chaque danseuses, le tout breathtaking!

    Mais ce n'est pas tellement la pièce que je  voudrais faire decouvrir aujourd'hui mais plutot le film.

    Presque 15 ans plus tard, en 1997, toujours avec son complice Thierry de Mey, qui prendra la place du rélisateur en plus de celle de compositeur, ils realiseront ensemble, Rosas Danst Rosas, le film.

    57 minutes de magnificence, une altération de longs plans et de scènes saccadées, un montage hallucinant, un travail d'espace de lumière et de mouvement, on se pert, se retrouve puis s'abandonne sans points de repère dans cette espace inconnu qui semble nous avoir hypnotisé, on est pris dans un mouvement perpetuel même lorsque les plans sont fixes, pour finalement se sentir bien dans ce chaos mathématiques.

    Les cahiers du cinéma disait que ce serait cliché de comparer l'oeuvre à une suite Bach, mais on est tellement prés...

     


    2 commentaires
  • En 2004, 8 canadiens , une histoire d'amour et de famille, les "Arcade Fire", donnaient naissance à une petite merveille du rock alternatif: "Funeral"

    Aujourd'hui, ils reviennent encore plus inventif avec "Neon Bible" , nouveaux instruments, nouveaux sons, et nouvelle tournée!

    Petit extrait ...


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique